Conférence de presse du CNOSF : "l'équipe de France appartient au patrimoine nationale"

(Source : CNOSF)

Mercredi 30 juin, le Comité national olympique et sportif français (CNOSF) a tenu, à la Maison du sport français, un Conseil d'administration au cours duquel a été abordée la question de l'équipe de France de football lors de la Coupe du monde FIFA 2010.
Présent comme administrateur, Fernand Duchaussoy, a notamment pu relater les événements tels qu'il les a vécus sur place. A l'issue de cette matinée de travail, Denis Masseglia, président du CNOSF, a donné la position du mouvement sportif au cours d'une conférence de presse à laquelle assistaient de nombreux présidents de fédérations et de dirigeants sportifs.

Rappelant en introduction que « le mouvement sportif français est le premier des mouvements associatifs », Denis Masseglia a tenu à préciser qu'il ne fallait pas aller trop vite : « On doit agir posément, avec le recul, en prenant le temps de l'analyse, en n'étant pas sous le coup de l'émotion et en essayant de bien peser tous les tenants et les aboutissants des décisions que l'on pourra être amené à prendre ».

En particulier, Denis Masseglia a insisté sur l'unité du sport français, entre amateurs et professionnels, sport de haut niveau et sport pour tous. Mais cette unité n'empêche pas des approches différentes en termes d'organisation qui ont « permis d'avoir des succès et qui ont contribué à l'importance du fait sportif dans la société », a déclaré le président du CNOSF. Revenant sur l'actualité, Denis Masseglia a tout d'abord relativisé : « Je pense qu'il faut savoir garder un peu de raison. On a fait porter tous les symboles à France 98, ce n'est pas pour autant que France 2010 doit porter tous les maux. »

Bénévolat : « Ce sont les hommes qui portent les compétences, ce ne sont pas les statuts »



« Je regrette, et nous regrettons tous, que le président de la Fédération Française de Football ait focalisé l'attention médiatique alors que c'est seulement sur une décision prise à propos du choix du sélectionneur que l'on peut s'interroger ou émettre des réserves » a exprimé Denis Masseglia à propos de Jean-Pierre Escalettes qui a démissionné le 29 juin de la présidence de la FFF.
« Ayons un peu de retenue pour quelqu'un qui a consacré toute son énergie, la plupart de ses loisirs, sa vie de famille pour la cause du football » a-t-il demandé, avant d'élargir ses propos à la question du rapport entre bénévolat et compétences.

« Il faut garder un peu de raison et ne pas assimiler une situation de bénévole à une insuffisance de compétences. Je voudrais préciser avec beaucoup de force que ce sont les hommes qui portent les compétences, ce ne sont pas les statuts. Il y a des bénévoles qui ont un comportement extrêmement professionnel et aussi des professionnels qui faillissent », a ainsi affirmé Denis Masseglia.

Rappelant que l'Equipe de France était constituée de joueurs professionnels, bénéficiait d'un encadrement professionnel avec à sa tête un staff technique de professionnels et, au-dessus, une DTN de professionnels, le président du CNOSF a demandé que les événements récents ne soient pas caricaturés à cette seule question de la compétence des dirigeants bénévoles : « Les systèmes ne sont jamais que ce que les hommes en font ».

Denis Masseglia a par ailleurs averti, au nom des administrateurs du CNOSF : « Nous ne voudrions pas demain qu'être président de fédération s'inscrive dans un plan de carrière. N'oublions jamais qu'il s'agit d'un mouvement associatif. Un président de fédération doit avoir deux qualités prioritaires qui sont la passion et la compétence. On doit forcément se poser la question d'un troisième paramètre : la disponibilité ».

Gouvernance : « Les initiatives non concertées, cela ne marche jamais »



Puisque la question de la gouvernance est au cœur du débat, Denis Masseglia est évidemment revenu sur ce point fondamental, tant pour le football que pour l'ensemble du mouvement sportif.
Dans un premier temps, le président du CNOSF a tenu à rappeler : « la gouvernance de la FFF est la même qu'en 2006 quand l'équipe de France avait atteint la finale de la Coupe du monde. Le même président, le même sélectionneur… pas les mêmes joueurs ».

Il a ensuite souligné que « l'organisation est la même dans un certain nombre de fédérations qui rencontrent, aussi bien sur le plan sportif que sur celui du développement ou de la promotion, de nombreux succès. Si on regarde ce qui est fait dans d'autres sports collectifs (rugby, basket ou handball…), dans un cadre législatif identique, c'est le management de l'équipe nationale qui est différent ».

Par conséquent, Denis Masseglia a jugé « réducteur » de parler, à l'instar de certains, de « gouvernance du football » ou de « gouvernance fédérale », sans évoquer la gouvernance du sport en général, l'un des sujets fondamentaux des élections au CNOSF tenues en mai 2009.
Le président du CNOSF s'est par ailleurs interrogé sur l'ampleur donnée à un débat né du cas spécifique de la Coupe du monde FIFA 2010 : « Nous sommes d'accord pour que l'on évoque toutes les questions liées à la gouvernance, mais pas dans une vue parcellaire. La question qui est posée est donc : ce qui s'est passé en Afrique du Sud justifie-t-il de remettre en cause la gouvernance de toutes les fédérations sportives ? ».

De fait, déclarant les responsables du mouvement sportif « prêts à discuter, d'abord entre nous, conscients de la nécessité d'avancer (…) que la société évolue et qu'il faut forcément que nous aussi nous adaptions afin de remplir les missions qui sont les nôtres », Denis Masseglia a tenu à rappeler qu'« à chaque fois qu'il y avait eu des initiatives non concertées, cela n'avait jamais marché ».
Ainsi, évoquant la réunion du Conseil fédéral de la FFF, vendredi prochain, le président du CNOSF a adressé un message : « Si la FFF souhaite des États généraux du football, le CNOSF est prêt à travailler à ses côtés ».

Éthique et valeurs : « penser en termes d'éducation »


Les évènements en Afrique du Sud amènent par ailleurs à s'interroger sur les questions d'éthique et de valeurs. C'est cette préoccupation qu'a exprimée Denis Masseglia, insistant sur cette dimension sociale et éducative si précieuse pour le mouvement sportif et la société.

« Nous aimerions qu'à chaque fois qu'un acteur du sport s'exprime ou agit, il garde en tête la portée éducative de ses actes, de ses paroles, et qu'il se préoccupe de l'impact que cela pourrait avoir sur les Français. Aujourd'hui, ce sont en effet les éducateurs, sur tous les terrains de France, qui souffrent de l'image et du manque d'exemplarité qui ont été données », a ainsi déclaré Denis Masseglia, pour qui l'évolution de la société ne peut tout expliquer.

Ce souhait, le président du CNOSF l'a accompagné d'une perspective, celle d'un code d'éthique qui s'appliquerait à l'ensemble du mouvement sportif : « un code qui pourrait être mis sous le pilotage du CNOSF, lui-même doté d'un comité de déontologie, et auquel souscriraient les joueurs, les entraîneurs, les arbitres, les dirigeants, les présidents, et pourquoi pas les médias. Si en chacun de ces acteurs, il y avait une part d'éducateur qui s'exprime, peut-être que les comportements seraient différents et que cela se traduirait également par un peu plus de retenue chez les supporteurs ».


Équipe de France: « L'équipe nationale appartient au patrimoine national »



Enfin, Denis Masseglia conclut : « L'équipe de France, quel que soit le sport, c'est le maillot bleu. Il y a le mot France. L'équipe de France appartient à l'entité qui a aussi ce terme dans son intitulé, à savoir la Fédération Française. C'est comme ça et pas autrement qu'il faut voir les choses. Chaque fédération organise le management de son équipe nationale comme elle l'entend, en fonction de son histoire, de sa culture, de son environnement, en faisant en sorte que cela soit le plus performant possible. Mais nous pensons qu'il est indispensable, incontournable, de préserver ce caractère national. L'équipe nationale appartient au patrimoine national ».

Mise à jour du site

Le 14/09/2017

Intranet de la Maison Régionale des Sports de Lorraine

Agenda sportif

CNOSF

Le site de l'équipe de France Olympique

CDOS 54

CDOS 55

CDOS 57

CDOS 88

Recherche