Saphyr Lorraine : Résultats préliminaires

Ces premiers résultats proviennent des données recueillies pour les 105 premiers bénéficiaires de l'accompagnement SAPHYR, principalement des femmes, âgées de 53 ans en moyenne.

• Les bénéficiaires sont une majorité à avoir une image favorable de l'activité physique (figure 1).

Figure 1 : Perception de l'activité physique




• Les motifs pour ne pas faire une activité physique régulière, tels qu'ils sont déclarés par les bénéficiaires de l'accompagnement (Figure 2), correspondent à ceux qui, au moment de la création du dispositif SAPHYR, ont servi à définir la population « cible ». Les personnes prises en charge par SAPHYR sont donc bien celles pour lesquelles il a été fondé.

Figure 2 : Typologie des obstacles déclarés




• Les bénéficiaires évoquent principalement trois facteurs qui leur permettraient de reprendre/renforcer une activité physique régulière : un encadrement de la pratique, la motivation et la convivialité (Figure 3)

Figure 3 : Typologie des facteurs favorisants




• 71,2 % des pratiquants dans le cadre de SAPHYR sont très satisfaits et déclarent avoir atteint complètement leurs objectifs fixés au début de l'accompagnement.

• On observe une augmentation significative du score de Marshall (quantité d'activité physique habituelle) entre la première et la dernière séance (pour ceux qui ont suivi l'ensemble des séances). L'accompagnement SAPHYR semble donc efficace pour améliorer l'activité physique des bénéficiaires.

• Le score global d'estime de soi, mesuré avec l'échelle de Rosenberg, augmente significativement entre la première et la dernière séance.
L'accompagnement SAPHYR renforce donc l'estime de soi, ou jugement de valeur que les personnes portent sur elles-mêmes. Il est habituellement considéré que l'estime de soi est un déterminant de l'action.

• On observe une augmentation significative du score d'auto efficacité à faire soi-même une activité physique entre la première et la dernière séance.
L'auto-efficacité est l'un des déterminants de la pratique d'une activité physique. Il est donc essentiel qu'il soit amélioré au cours de la prise en charge par SAPHYR.

• Le score de Borg, qui indique la perception de l'effort de la personne, n'augmente pas, alors que l'intensité des séances augmente progressivement de la première à la dernière. Les bénéficiaires ont donc amélioré leur capacité à faire des efforts modérés.

• A la fin de l'accompagnement SAPHYR, la majorité des bénéficiaires (73%) souhaitent s'inscrire dans un club ou une association sportive pour continuer leur activité physique. A ce résultat encourageant, il s'ajoute tous ceux qui déclarent vouloir poursuivre une activité « librement ».

Mise à jour du site

Le 14/09/2017

Intranet de la Maison Régionale des Sports de Lorraine

Agenda sportif

CNOSF

Le site de l'équipe de France Olympique

CDOS 54

CDOS 55

CDOS 57

CDOS 88

Recherche