Newsletter SPORT SANTE
Juillet 2011 - N°6 
La parole aux acteurs...
SAPHYR a rencontré le Docteur Jean-Charles VAUTHIER, médecin généraliste à Dommartin Les Remiremont et co-fondateur de l'Espace Santé du Pays de Remiremont.

Comment avez-vous découvert SAPHYR ?
Par hasard... Lors de la création de l'Espace Santé du Pays de Remiremont, nous avons recensé les différentes initiatives dans notre champ d'action et nous nous sommes naturellement rapprochés de SAPHYR. Le Dr Patrick LAURE, référence en matière de prescription d'activité physique, nous a présenté plus précisément ce dispositif au cours d'une soirée de formation médicale continue. Maintenant le dispositif est bien reconnu et popularisé par l'ensemble des acteurs de la médecine du sport et de l'éducation thérapeutique de notre territoire.

Que vous apporte le partenariat avec SAPHYR ?
Comme la plupart de mes collègues, nous sommes persuadés des bienfaits de l'activité physique mais nos conseils sont généralement peu efficaces. Avec SAPHYR, nous pouvons déléguer à des éducateurs sportifs la réalisation de nos prescriptions. Cela doit lever les freins de nos patients et leur redonner du plaisir à pratiquer une activité physique régulière. Il faut pour certains les réconcilier avec leur corps... cela prend du temps, ce temps qui nous manque souvent. Enfin le rapprochement du monde du sport et du monde de la santé me semble une évidence !

Comment se déroulent les séances d'activité physique avec les patients ?
Pour le moment, j'ai peu de retour de mes patients car les choses s'installent progressivement. Les premiers témoignages concernent principalement la sympathie des éducateurs sportifs, la bonne humeur, la convivialité... C'est fondamental ! Point de vu contenu, il est prévu qu'il y en ait pour tous les goûts. A nous de faire le nécessaire pour nous adapter à nos patients et pas l'inverse. C'est ainsi que les patients poursuivront durablement leur activité.
Activité physique et santé : zoom sur...
La forme en bougeant devant sa télé ?

Qui n'a pas déjà vu ou essayé le fameux jeu vidéo Wii Fit (Nintendo) ?
Déferlant dans nos salons à grand renfort de publicité, il passe pour augmenter l'activité physique des joueurs. Et donc leur santé. Qu'en est-il en réalité ?
Grâce à des capteurs de mouvement placés dans les télécommandes et dans une petite plateforme sur laquelle il peut prendre place, le joueur est incité à se lever de son fauteuil. Devant sa télévision, il doit reproduire des mouvements plus ou moins proches de certains sports comme le tennis, la course à pied, le ski, etc. Sans compter différents jeux comme le hulla-hop et autres parcours aventure.
En milieu hospitalier, plusieurs expériences soulignent son intérêt pour contribuer à la rééducation de patients atteints, par exemple, de troubles de l'équilibre.

Depuis plus d'un an, les chercheurs s'intéressent aussi aux effets physiologiques de ce jeu. Les résultats semblent en demi-teinte. Ainsi, 10 femmes âgées de 30 à 58 ans en ont pratiqué 30 min deux fois par semaine pendant 10 semaines (1). Si leur équilibre et la force musculaire de leurs membres inférieurs ont été améliorés, en revanche, il n'a pas été constaté d'effets sur la proprioception, l'endurance, le poids ou le sentiment de bien-être. D'une façon générale, une séance de jeu correspondrait à une dépense énergétique moyenne de 3,5 MET, c'est à dire à une marche à 5 km/h soit un niveau d'intensité inférieur aux recommandations actuelles d'activité aux fins de santé (2). Certains chercheurs estiment malgré tout que ce jeu est intéressant pour promouvoir la santé de certains publics : personnes âgées en institution, jeunes femmes inactives, etc (3).

Bouger devant la télé ? Oui : ne boudons pas le plaisir de jouer en famille. Mais pour la santé, cela ne remplacera pas une vraie activité physique et/ou sportive !

(1) Climateric 2010;(5):487-91.
(2) J Phys Act Health 2010 ;(3):393-40
(3) J Strengh Cond Res2011;25(3):689-93.

Nos partenaires à l'honneur

Les acteurs du sport
Les acteurs du sport sont engagés dans un processus de démocratie participative. Dans la démarche « Assemblée du sport », leurs représentants sont répartis en cinq collèges (Etat, mouvement sportif, collectivités territoriales, monde économique, société civile).
Ces derniers ont pu échanger, confronter leurs points de vue au sein de six ateliers présidés par des personnalités qualifiées :

- Sport pour tous
- Sport sain et éthique
- Sport de haut niveau
- Emploi et formation
- Economie du sport
- Gouvernance du sport

Dans un deuxième temps, une consultation publique a permis plus largement aux acteurs du sport de porter un avis et des commentaires sur les préconisations émises par les groupes de travail.



Quelques extraits tirés de : http://www.sports.gouv.fr/IMG/pdf/AS_Fiches_Juin2011.pdf

Les membres du groupe s'entendent sur une définition du « sport santé » :

« Le sport santé » est une activité sportive pratiquée dans des conditions aptes à maintenir ou améliorer la santé dans le cadre de la prévention primaire ou de la prévention tertiaire » (définition de la commission médicale du Comité national olympique et sportif français – CNOSF). Cette définition ne soulève pas d'objection et semble convenir au sous-groupe ».

Les membres du groupe ont élaboré leurs préconisations à partir du questionnement suivant :

« • Le sport à l'école est-il actuellement un élément bénéfique pour la santé des futurs citoyens ? Des publications toutes récentes mesurant l'effondrement des capacités physiques chez les scolaires en Europe viennent en attester (DD Cohen, Acta Pediatrica, 11 mai 2011).

• Y a-t-il des freins, dans l'accès à une pratique de sport santé ? Le certificat de non contre indication à toute pratique n'est-il pas une entrave au sport ?

• L'activité physique et la dimension thérapeutique ? Quel encadrement ? »



Contact : Grazia Mangin
Tél. : 03 83 18 88 01
Courriel : grazia.mangin@lorraine-sport.com



















Le ministère des sports et le mouvement sportif ont décidé de reconduire lors du week-end des 10 et 11 septembre 2011, l'opération « Sentez-vous sport, santé-vous bien !». Elle traduit la volonté ministérielle de convaincre tous les publics des bienfaits des activités physiques et sportives et de la pratique conviviale et sécurisée en clubs. La ministre des sports souhaite que cette opération devienne la « fête du sport » au même titre que la fête de la musique.











L'Assemblée du sport



Chantal JOUANNO a installé le mardi 29 mars 2011 la première Assemblée du sport.

La Ministre des Sports, en accord avec Denis MASSEGLIA, Président du Comité National Olympique et Sportif Français, initie la démarche de l'Assemblée du sport afin de permettre au modèle sportif français de s'adapter, de prendre en compte l'émergence de nouveaux acteurs, ainsi que les évolutions de la pratique.
L'Assemblée du sport veut favoriser également l'ouverture du modèle sportif français à la prise en compte d'enjeux majeurs de la société du XXIe siècle, tels que la cohésion sociale, les questions de santé publique et l'aménagement du territoire.


Le 29 juin 2011, la ministre des Sports a prononcé son Discours de conclusion à l'Assemblée du sport. « Une "France 100 % sport", c'est un pays qui offre une solution sport pour tous. Ce sont les propositions de l'Assemblée du sport. »

Retrouvez le discours de Chantal JOUANNO en cliquant sur ce lien.

Pour plus d'informations : http://lorraine.franceolympique.com/lorraine/newsletter/1932.html
Si vous ne souhaitez plus recevoir la newsletter, cliquez ici