Newsletter SPORT SANTE
Octobre 2011 - N°7 
La parole aux acteurs...
Nous avons interviewé Nadia CERISE, coordinatrice de L'ECHANGE de Nancy (Centre d'Accueil et d'Accompagnement à la Réduction des risques pour les Usagers de Drogue)

Comment avez-vous découvert SAPHYR ?

Dans le cadre de notre recherche de partenaire pour la mise en place d'une activité physique auprès de nos usagers, notre éducatrice, Véra FON SING, a rencontré Grazia MANGIN.
A la suite, un projet a été élaboré et l'ARS de Lorraine nous apporte un soutien financier.

Que vous apporte le partenariat avec SAPHYR ?
La mise en place de l'activité physique au sein de notre structure est récente donc c'est encore difficile à évaluer. Pour le montage et la mise en route du projet, le partenariat s'est déroulé de manière efficace.
Un éducateur sportif est mis à disposition par SAPHYR pour toute l'année. Il a été évidemment nécessaire d'adapter le programme SAPHYR à nos exigences en fonction de la problématique du public accueilli à L'ECHANGE : des usagers de drogues pour la plupart en situation de grande précarité, dont la toxicomanie et le mode de vie qui en découle ont causé des dommages sanitaires importants: un corps éprouvé, abimé et oublié et un rapport à son propre corps souvent dévalorisé et fortement diminué.

Comment se déroulent les séances d'activité physique avec les patients ?
Pour le moment il y a eu 2 séances mises en place avec 3 et 4 personnes. Nos usagers sont libres d'y participer ou non.
Nous avons jugé nécessaire que ce type d'activité se déroule en présence d'un membre de notre équipe, éducateur ou infirmier, car cela peut générer chez les personnes toxicomanes une prise de conscience de leurs limites et en particulier celles de leur corps. Il faut donc être là pour les rassurer, débriefer avant et après la séance avec chaque personne. Dès la première session, une personne a voulu arrêter l'activité : "C'est pas pour moi, je ne viendrai plus !". Nous devons travailler sur ce type de situation.
Le rôle de l'éducateur sportif est également très important car il adapte son cours en fonction de leurs envies et de leurs difficultés physiques. Par exemple, le programme a été ajusté pour prendre en compte les difficultés de surpoids et de souffle d'un des participants.
Tous ont exprimé leur satisfaction après cette séance.
Activité physique et santé : zoom sur...
Pour vivre vieux (et heureux), vivons actifs !

Les militants de l'activité physique déclarent depuis des lustres que bouger régulièrement allonge l'espérance de vie. C'est maintenant au tour de l'une des plus sérieuses et prestigieuses revues de médecine de l'affirmer !
La revue britannique Lancet est tout sauf fantaisiste. Sa rigueur est unanimement reconnue dans toute la communauté scientifique et médicale, et les grandes découvertes sont souvent publiées dans ses pages. C'est dire tout le crédit qu'on peut attribuer à l'un de leur dernier article, qui porte sur l'activité physique*.

Des chercheurs ont suivi en moyenne pendant 8 ans plus de 416 000 personnes âgées de plus de 20 ans, dont 52 % de femmes. A des intervalles répétés, chaque participant était interrogé par questionnaire sur sa santé, sa vie quotidienne et son activité physique. Pendant l'étude, environ 5 700 personnes sont décédées (1,7%), plus de la moitié par cancer (environ 2 200) ou par maladie cardiovasculaire (1 100).
Dans cette population, 54 % étaient inactifs, c'est-à-dire que l'intensité et le volume de leurs activités hebdomadaires était inférieure à 3,75 MET-h.
En comparaison à ce groupe, le taux de mortalité toute cause confondue des personnes dont l'activité physique était faible, c'est-à-dire 92 min par semaine ou 15 min par jour seulement, était réduit de 14 %. C'est-à-dire un gain en espérance de vie de 3 ans. De plus, chaque tranche supplémentaire de 15 min d'activité physique par jour diminuait le taux de mortalité de 4 %. Ce bénéfice concernait les deux sexes, toutes les catégories d'âges, et même les personnes présentant des facteurs de risque cardiovasculaire (tabac, hypertension artérielle, surpoids, etc).
Quinze minutes par jour d'une activité peu intense, c'est vraiment à la portée de tous !

* Wen CP et coll. Minimum amount of physical activity for reduced mortality and extended life expectancy: a prospective cohort study. Lancet 2011;9798:1244-53.
Nos partenaires à l'honneur
Conseil Régional de l'Ordre des Pharmaciens de Lorraine

Des patients pris en charge dans les réseaux de santé lorrains (gérontologie, diabète-nutrition, insuffisants cardiaques, insuffisants respiratoires, cancers, ostéoporose, addiction, etc.) bénéficient du dispositif SAPHYR Lorraine. L'activité physique constitue un élément du parcours de soin de ces malades atteints d'une pathologie chronique et du parcours de santé des personnes présentant des facteurs de risque.

Le Conseil régional de l'Ordre des pharmaciens s'implique au sein du comité de pilotage de SAPHYR afin d'en relayer les objectifs auprès de l'ensemble des pharmaciens lorrains.

La légitimité des pharmaciens d'officine dans le domaine de l'éducation thérapeutique et de la prévention de la santé des patients est assise sur ses missions confiées par le Code de la Santé Publique et la loi HPST.

Dans le cadre du lancement de SAPHYR, un article est paru dans le bulletin de l'Ordre d'avril 2010, expliquant les objectifs du dispositif aux pharmaciens. Le Conseil de l'Ordre a également relayé régulièrement la Newsletter SPORT SANTE par e-mail afin de les inciter à parler de SAPHYR aux familles concernées.

Professionnel de santé de proximité, disponible et facilement accessible, chaque pharmacien a ainsi un rôle essentiel à jouer dans la promotion de ce dispositif au bénéfice des patients.

Les pharmacies constituent un lieu privilégié pour communiquer sur la santé et plus particulièrement sur les bienfaits de l'activité physique.

Monique DURAND
Présidente du Conseil Régional de l'Ordre des Pharmaciens de Lorraine




Contact : Grazia Mangin
Tél. : 03 83 18 88 01
Courriel : grazia.mangin@lorraine-sport.com



SAPHYR Lorraine inspire d'autres régions


A l'instar du CROS Lorraine, le CROS Martinique développe son dispositif d'accompagnement à l'activité physique régulière. La démarche étant très proche de la nôtre, il sera nommé SAPHYR Martinique.


Partenariat

Le CROSL et le comité régional de natation de Lorraine ont signé une convention qui permet en Lorraine d'associer le "Nager Forme Santé", concept national d'intégration des activités de natation à des fins de santé publique, avec le dispositif SAPHYR.




Informations grand public


• Le CROSL et deux animatrices de l'EPGV 88 tenaient le stand SAPHYR à la marche de la santé organisée par la CPAM 88 le 4 septembre 2011.
Au programme: informations, conseils et tests de souplesse, équilibre et force.



• SAPHYR sera présent sur le salon du diabète lorrain le dimanche 20 novembre à Verdun, organisé par l'Association Diabète Obésité et Risques cardiovasculaires de Meuse.
Programme de la journée ici.




Formation

Les éducateurs désireux d'encadrer les groupes SAPHYR peuvent s'inscrire au module d'information du 15 novembre 2011.

Pour vous inscrire, cliquez ici


Quelques chiffres


Au 30 septembre 2011 :
Accompagnement de 25 groupes
soit 169 personnes suivies,
17 éducateurs mobilisés
pour 357 h de travail réalisées
dans 8 disciplines sportives différentes.

Pour plus d'informations : http://lorraine.franceolympique.com/lorraine/newsletter/2144.html
Si vous ne souhaitez plus recevoir la newsletter, cliquez ici